Rivière Massacre : mourir ou construire le canal »

Rivière Massacre : mourir ou construire le canal »

Dans le Nord-Est les habitants sont determinés à construire le canal sur la rivière. Ils sont prets à affronter tous les dangers. C’est ce qu’ils ont fait entendre affirmant qu’ils ne veulent pas lâcher prise. Ils iront jusqu’au bout avec le projet. Jean Brévil Weston, coordonnateur du Mouvement des agriculteurs de la plaine de Maribaroux, l’organisation à l’initiative du projet, a indiqué que les agriculteurs ne céderont pas sous la pression des autorités dominicaines. « Je ne pense pas qu’une entité va nous demander de surseoir au projet de la construction du canal. D’ailleurs, notre position est claire. Le canal ou la mort. Nous sommes prêts à être enterrés dans le canal», a déclaré M. Weston sur Magik 9, le mercredi 13 septembre 2023.

Le coordonnateur du Mouvement des agriculteurs de la plaine de Maribaroux a mis en évidence la principale raison de la reprise de la construction du canal par les agriculteurs. « Notre objectif est de faciliter l’accès à l’eau aux agriculteurs de la plaine de Maribaroux, deuxième plus grande plaine d’Haïti en matière de production de riz», a fait savoir Jean Brévil Weston, qui s’est montré satisfait de l’état d’avancement des travaux. « Le projet de construction avance à grands pas. Là maintenant nous sommes au niveau de la maçonnerie pour déboucher sur la rivière. Nous sommes à environ dix mètres de la rivière», a-t-il révélé.

Jean Brévil Weston a rejeté d’un revers de main l’idée qu’il y aurait une main politique derrière l’initiative. Selon lui, la poursuite de la construction du canal est le résultat de la volonté, de la détermination, de la collaboration et du financement de la population de Ouanaminthe. « La population de Ouanaminthe prend le projet à cœur. C’est vrai que l’initiative est d’un groupe d’agriculteurs de la commune de Ferrier, mais c’est tout Ouanaminthe qui embrasse le projet. On n’a pas de support de l’État ni d’un quelconque groupe politique sinon des citoyens haïtiens en Haïti et la diaspora», a-t-il garanti.

Dans un communiqué diffusé en début de semaine, le Conseil de sécurité nationale de la République dominicaine a indiqué que les autorités haïtiennes affirment qu’elles ne soutiennent ni ne participent au projet et ont réitéré à plusieurs reprises leur désaccord avec sa construction. Les promoteurs de ce projet sont des entrepreneurs et des politiciens cherchant à garantir l’approvisionnement en eau à des fins commerciales. 

Cependant, Jean Brévil Weston a informé que les agriculteurs ont rencontré plusieurs fois le directeur départemental de l’agriculture sur la problématique de disponibilité de l’eau dans la plaine de Maribaroux et évoqué l’éventualité de la reprise de la construction du canal.

À l’émission Panel Magik, le coordonnateur a confirmé qu’une délégation du gouvernement ayant à sa tête Paul Harry Voltaire, directeur général du ministère de l’Intérieur et des Collectivités territoriales, a rencontré les agriculteurs le jeudi 31 août 2023. « La délégation s’est entretenu avec les agriculteurs dans l’après-midi du jeudi 31 août et dans la matinée du vendredi 1er septembre pour réfléchir autour de la situation. Paul Harry Voltaire nous a clairement déclaré que le gouvernement n’a nullement l’intention d’arrêter les travaux de la construction du canal. Sa mission était de faire un état des lieux pour rapporter au Premier ministre Ariel Henry», précisant que par la suite une commission a été mise sur pied pour faire la gestion du canal avec pour première tâche de présenter un cahier de doléances 

Depuis le mercredi 30 août 2023, la construction d’un canal sur la rivière Massacre dans la partie haïtienne défraie la chronique. Le gouvernement dominicain a annoncé, en début de semaine, une panoplie de mesures visant à forcer l’arrêt de la construction du canal.

« Le Conseil de sécurité nationale a décidé ce qui suit : Suspendre définitivement l’entrée de toutes les personnes impliquées dans le conflit et cesser de délivrer des visas aux citoyens haïtiens jusqu’à nouvel ordre; maintenir la fermeture totale de la frontière à Dajabón et, si le conflit n’est pas résolu d’ici jeudi, fermer complètement la frontière pour le commerce terrestre, maritime et aérien », peut-on lire dans une déclaration du Conseil de sécurité nationale, une structure créée par Abinader en février 2021 pour conseiller l’exécutif dominicain sur les politiques publiques, les stratégies de sécurité et de défense nationale. 

About author

haitiinfoplus
haitiinfoplus 2801 posts

Présent dans le pays depuis près de 10 ans, cet organe de production et d’information tente de présenter une facette différente d’Haïti. Spécialisé, au départ, dans la production d’émissions, Haïti Infos Plus est disponible aujourd’hui sur la toile.

You might also like

A la une 0 Comments

Face aux millions d’enfants pris au piège des conflits, l’ONU appelle à mettre en œuvre les processus de paix

L’exploitation et l’abus tragique des garçons et des filles utilisés pour et par les conflits armés se sont poursuivis sans relâche en 2019, alors que les Nations Unies ont vérifié plus de

A la une 0 Comments

Jocelerme Privert, l’accord Pétrocaribe sur le point d’être annulé

Le Président provisoire de la République, Jocelerme Privert a dressé, dimanche, un tableau sombre de la situation économique du pays. « Seulement 5% des contrats conclus entre l’Etat haïtien et des

Dernière Heure 0 Comments

Le Sénateur Patrice Dumont vote contre le budget rectificatif 2016-2017

Le Sénat de la République a voté, lundi, le budget rectificatif de l’exercice fiscal 2016-2017, dans les mêmes termes que l’Assemblée des députés. Le projet de loi de finances rectifiée

0 Comments

No Comments Yet!

You can be first to comment this post!

Leave a Reply