Maladie du manioc en Guyane : Le Cirad bientôt missionné par la CTG pour une étude approfondie

Maladie du manioc en Guyane : Le Cirad bientôt missionné par la CTG pour une étude approfondie

Depuis des mois, une maladie décime les plantations de manioc en Guyane de l’ouest à l’est. Un phénomène observé également au Brésil dans l’état de l’Amapa. La Collectivité Territoriale de Guyane a décidé de missionner le Cirad (Le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement) pour une étude approfondie sur la supposée maladie.

Les conditions climatiques exceptionnelles qui sévissent depuis 3 ans en Guyane, entre inondations et sécheresse extrême, perturbent l’activité des agriculteurs. Une maladie qui n’est pas encore formellement reconnue attaque les plants de manioc. La production de la racine est en baisse.

Établir un diagnostic fiable de la maladie

La Collectivité territoriale de Guyane a été alertée de cette situation qui affecte particulièrement les cultivateurs de l’ouest. Jérémy Lecaille, chargé de mission des questions agricoles à la CTG :

« La CTG s’engage à traiter ce problème dans le champ de compétence qui est le sien. Dans notre service du développement économique, nous travaillons avec nos partenaires à apporter une réponse adaptée aux producteurs de manioc. Pour cela il faut identifier clairement le problème, l’origine de la maladie notamment. Les collègues brésiliens sont dans la même situation. Ils avaient identifié au début un complexe de champignons et finalement, personne ne sait de quoi il retourne exactement. Les experts reviennent sur ce diagnostic et explorent à nouveau la piste bactérienne.
La première chose qui s’impose : c’est la distribution d’un matériel sain mais encore faut-il connaître la maladie pour proposer une variété résistante. Au Brésil, ils ont une variété très résistante et productive mais elle vise surtout la filière industrielle et non la filière vivrière. Cette variété a été diffusée à quelques multiplicateurs et pas encore aux agriculteurs. »

Assainir pour restaurer une filière

Pour l’instant outre la nécessité d’obtenir un diagnostic fiable de la maladie qui touche ce végétal, il faut également mettre en place les conditions pour retrouver et multiplier la production de plants sains.

« En Guyane, on ne se trouve pas au même niveau d’engagement. Toutefois avec le Cirad qui a un expert de la culture du manioc, la Fredon, la Chambre d’Agriculture, l’association des Savanes, nous réfléchissons à une distribution de matériels végétaux et à une technique d’assainissement suffisamment simple pour qu’elle soit reproductive et accessible pour l’ensemble du public. Un technicien coordinateur serait chargé de cette opération de distribution et du suivi de la multiplication. L’objectif étant de donner à la filière sa capacité de production de cultures saines.
Il s’agit de travailler par bassin sans écarter la question de la biodiversité, il y a un enjeu de diversités, des variétés et des usages qui s’y appliquent.»

Tenir compte du climat et instaurer de bonnes pratiques

« Multiplier sur place, assainir les plants, mettre des parcelles de multiplication de façon que chaque bassin ait la variété qui l’intéresse. Ces boutures seraient prises sur des parcelles déclarées asymptomatiques sur les différents bassins (Oyapock, Maroni, la zone des Savanes).
Il s’agit davantage d’un accompagnement technique à mettre en place.
S’agissant de la maladie, il faut se rendre compte que le climat est extrêmement favorable à cette problématique, trop ou pas assez d’eau. Le climat doit conduire à une réduction de la pression sanitaire de façon générale et naturelle. Il y a aussi la question des pratiques qui sont sûrement à l’origine de ce problème sur les parcelles. On note beaucoup moins de rotations, d’itinérances puisqu’il y a eu beaucoup de pluie et pas de brûlis. Les abattis se sont sédentarisés à cause de la pluie. Il y a donc cette prise en compte des bonnes pratiques des agriculteurs pour relancer durablement leurs cultures.»

Envisager de planter le manioc sur de nouvelles parcelles

Parmi toutes les hypothèses pour aider les producteurs de manioc est envisagée par la Collectivité Territoriale la cession de nouvelles parcelles en remplacement des parcelles infectées. Roger Aron vice-président chargé de la souveraineté alimentaire :

« Nous sommes là pour aider les filières selon les projets soit sur fonds propres soit sur fonds FEADER en ce qui concerne l’agriculture. Sur le manioc, nous avons besoin d’un référent scientifique pour nous aider à résoudre ce problème de maladie du manioc. Nous allons travailler avec le Cirad et l’Inrae. Ce dernier est en échange bilatéral avec les brésiliens de l’Embrapa. La prochaine commission va permettre de missionner le Cirad pour qu’il effectue des recherches plus approfondies sur la maladie qui touche le manioc. Et les agriculteurs nous allons les aider et dans la mesure du possible, leur permettre de changer de parcelles en abandonnant les parcelles infectées. Il y a des endroits où cela sera possible rapidement car la CTG a la maîtrise du foncier. Ailleurs où le foncier appartient à l’état cela sera plus compliqué

About author

haitiinfoplus
haitiinfoplus 2801 posts

Présent dans le pays depuis près de 10 ans, cet organe de production et d’information tente de présenter une facette différente d’Haïti. Spécialisé, au départ, dans la production d’émissions, Haïti Infos Plus est disponible aujourd’hui sur la toile.

You might also like

Politique 0 Comments

Haiti/Trafic d’armes : des prêtres épiscopaliens appellent à la démission des membres du Comité permanent de l’Église épiscopale d’Haïti

Les prêtres seniors Kesner Ajax, Joseph Mathieu Brutus, Dr. Frantz J. Casséus, Joseph Tancrel Diègue, dans une lettre ouverte en date du 24 août en cours, invite le Comité permanent

Societe 0 Comments

Trois enfants nés par GPA à l’étranger vont être inscrits à l’état civil

Les familles de trois enfants nés par gestation pour autrui (GPA) à l’étranger ont obtenu gain de cause. Le tribunal de grande instance (TGI) de Nantes a enjoint, mercredi 13

Minutes infos plus 0 Comments

Japon : décès à 112 ans du doyen de l’humanité

Sakari Momoi, qui détenait depuis un an le titre de doyen de l’humanité, est décédé à l’âge de 112 ans. L’homme le plus âgé au monde serait désormais un autre

0 Comments

No Comments Yet!

You can be first to comment this post!

Leave a Reply