Les écoliers haïtiens reprennent le chemin de l’école

Les écoliers haïtiens reprennent le chemin de l’école

écoliers

écoliers

Les écoliers haïtiens reprennent le chemin de l’école ce lundi 1er octobre. Préalablement prévue pour le 3 septembre, la rentrée des classes est enfin une réalité. Les écoliers ont perdu pas moins de 28 jours de classes. Les parents qui ne sont pas encore prêts pour assurer les frais d’entrée s’en plaignent.

 

« Les jours ont été difficiles cette année. J’ai dû me débrouiller tout le mois de septembre pour payer le loyer dont le délai expirait au mois d’août. J’ai fait deux prêts de 10 000 gourdes, dont un à un taux usuraire. Ma mère qui m’aidait avant, grâce à son petit commerce, est morte dernièrement », a raconté une femme dans la presse haïtienne. Victoria a perdu le père de ses sept enfants le 12 janvier 2010. L’aîné qui l’avait accompagnée, réglait les achats à l’intérieur. Il a échoué au bac I et, comme ses autres frères et sœurs, il n’est pas encore sûr d’aller en classe cette année. Sa mère veut laisser une chance au petit dernier.

Le MENFP d’avis contraire

Cette année, 200 000 nouveaux enfants vont à l’école gratuitement, en plus du million de l’année précédente. Une grande quantité de manuels est subventionnée, des kits scolaires distribués, du mobilier et de la peinture fournis à plus de 500 écoles, le transport scolaire sera assuré par plus de 230 bus, a informé Charles Levelt Joseph. Dans une précédente conférence, le ministre Vanneur Pierre avait également annoncé la formation de 11 000 enseignants. « Ces mesures permettent une amélioration de la scolarisation, quantitativement et qualitativement », soutient Charles Levelt.

Le directeur général du ministère de l’Éducation nationale reconnait cependant que ces efforts ne peuvent atteindre toute la population. Les élèves des écoles publiques, presbytérales et communautaires sont les premiers visés. Le MENFP ne peut pas prendre en charge les 80% d’écoles privées du système éducatif haïtien. Les parents ayant des élèves dans ces établissements ne sont pas pourtant les mieux nantis.

Victoria, dont la situation est décrite au début, a tous ses enfants dans le privé. Elle aurait besoin de 20 000 gourdes pour la rentrée. « Je donnerais une partie pour les frais d’entrée, avec le reste, j’entreprendrais un petit commerce pour assurer le paiement de l’écolage au fur et à mesure », a-t-elle calculé. « Il faut avant tout s’assurer que les enfants puissent se rendre à l’école », a soutenu cette femme dans la presse.

Haitiinfosplus

 

 

About author

haitiinfoplus
haitiinfoplus 2784 posts

Présent dans le pays depuis près de 10 ans, cet organe de production et d’information tente de présenter une facette différente d’Haïti. Spécialisé, au départ, dans la production d’émissions, Haïti Infos Plus est disponible aujourd’hui sur la toile.

You might also like

Dernière Heure 0 Comments

Séisme en Haïti : l’ONU prête à appuyer le gouvernement dans les secours

Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, s’est dit attristé par pertes tragiques en vies humaines et les blessures causées par le séisme qui a frappé le nord-ouest d’Haïti

Societe 0 Comments

Mobilisation générale annoncée par l’Unnoh à partir du 16 janvier 2018

L’Union nationale des normaliennes et normaliens haïtiens (Unnoh) annonce une nouvelle mobilisation générale en vue de forcer le gouvernement à répondre à l’ensemble des revendications exprimées par les enseignantes et

A la une 0 Comments

Le juge à la Cour de Cassation, Kesner Michel Thermesi, plaide en faveur d’une meilleure intégration des femmes dans la justice en Haïti

Kesner Michel Thermesi, un des juges à la Cour de cassation, dans la république d’Haïti, préconise une meilleure intégration des femmes au niveau des appareils judiciaires, notamment de la magistrature

0 Comments

No Comments Yet!

You can be first to comment this post!

Leave a Reply