Le « kit électoral » a-t-il une identité linguistique en Haïti ?

Le « kit électoral » a-t-il une identité linguistique en Haïti ?

« Sur la page Facebook du PNUD dans un poste [sic] daté du mardi 23 juin 2015 on peut lire ceci : « Le Conseil électoral provisoire (CEP) a reçu ce matin à l’Aéroport Toussaint Louverture, la première cargaison de matériels non sensibles. 4 865 kits électoraux et les 1 800 kits de formation (urnes, isoloirs, encre indélébiles, sacs transparents, lampes…) pour la réalisation des élections législatives du 9 août 2015 avec l’appui des Nations Unies et du PNUD en particulier » (« Achat des matériels électoraux : le CEP mis à l’écart [1]», Le Nouvelliste, 24 juin 2015).

S’il est aisé de comprendre que l’article du Nouvelliste entend renseigner les lecteurs quant à son objet, il ne me paraît pas évident que l’emploi du mot « kit » –dans les syntagmes (les termes complexes comprenant plus d’un mot) « 4 865 kits électoraux » et « 1 800 kits de formation »–, soit véritablement éclairant sous la loupe d’un locuteur bilingue créole-français. L’auteur de l’article a-t-il cédé comme c’est courant en France à une mode langagière mimétique, pour faire « chic », ou s’agit-il d’un emprunt « par défaut » qui pollue paresseusement, d’un inutile doublon, le vocabulaire de la presse ?

Le Larousse a consigné le terme « kit » en entrée du dictionnaire dès qu’il a trouvé des attestations écrites de son existence (le CNRTLde France situe la première attestation de ce terme en 1958). Le Larousse note l’apparition du terme au sens où il en atteste un usage par le relevé de ses occurrences, sans lui attribuer aucune mention terminologique du type « terme déconseillé », « usage critiqué », « mot anglais », « anglicisme » ou « forme fautive » avec renvoi au terme recommandé et aux contextes d’utilisation du terme préféré à privilégier, si ce terme existe déjà dans la langue courante. Il y a lieu ici de le signaler, un dictionnaire général de la langue se veut descriptif plutôt que prescriptif : il décrit un état de langue à une époque donnée. Mais le simple fait que tel terme figure dans un dictionnaire de la langue courante ne signifie pas que son emploi soit recommandé ou que le terme a été normalisé par une commission de terminologie. Ainsi, le site Arrêt sur les mots, dans son texte « Le petit Larousse 2010 fait la part belle aux anglicismes…[2] », note qu’« Il semblerait que cette année la part belle soit offerte aux anglicismes et autres néologismes. S’il est difficile d’avoir une vision globale des cent cinquante nouveaux mots, nous pouvons noter l’apparition de geek, peer-to-peer, surbooké, black-lister, peopolisation, buzz, low-cost, clubbeur ou encore slim et elearning. Du point de vue des néologismes, on peut remarquer l’entrée dans le dictionnaire – la lexicalisation [sic] – du terme adulescent, mobinaute, décroissance ou décohabiter ».

À l’aune de l’étonnement, il est tentant de construire une phrase à l’aide de certains mots élus par le petit Larousse en 2010 : « **Une fois qu’on aura black-listé les derniers surbookés du vol 730 de la AA, on finira par faire le buzz et voyager en low-costcomme les clubbeurs amateurs d’elearning… » Alors, cette phrase est-elle *grammaticale et *compréhensible ?

Une chaîne de télévision française, BMFTV, semblait faire un timide clin d’œil à des considérations linguistiques lorsqu’elle titrait le22 avril 2012 que « Les 85.000 bureaux de vote de métropole ont reçu hier leur « kit électoral » [3] ». Et comme pour en inscrire un symétrique écho, le journal français Libération du 8 décembre 2013, sous la plume de Thomas Hofnung, titrait à son tour « On ressort systématiquement le kit électoral[4] ». RFI (Radio France internationale), qui nous a habitués à d’autres registres de langue, précisait pour sa part le 12 avril 2015, sous le titre « Processus électoral au Tchad : l’opposition veut une biométrie complète[5] », qu’« Au Tchad, l’organisation des prochaines élections est au centre d’une polémique. Le pouvoir a annoncé qu’il était impossible d’organiser un recensement biométrique complet, c’est-à-dire la délivrance des cartes d’électeurs et un kit de contrôle qui devrait réduire les votes multiples. » (…) « Et d’ajouter que des kits d’identification des électeurs à chaque bureau de vote devraient encore alourdir la facture, avant de conclure que [le] Tchad n’en a pas les moyens. »

Sachant que nous sommes déjà en précampagne électorale au Canada (ces joutes auront lieu à l’automne prochain), je suis frappé par l’irruption des « kits électoraux » et des « kits de formation » dans l’actuelle campagne électorale en Haïti alors qu’on n’en trouve guère au Canada. Bigre ! Les journalistes canadiens seraient-ils privés des… « kits de compétence linguistique » des journalistes français ? Car la lecture de la presse francophone au Québec, comme celle des autres régions francophones du Canada, ne révèle guère l’emploi des « kits électoraux » et des « kits de formation » électorale. Il y a donc lieu de faire le point là-dessus.

Pour voir plus clair dans la configuration du phénomène, j’ai interrogé la conformité lexicale ainsi que le sens du terme simple « kit », puis j’ai étendu l’investigation au terme « kit » + adj (ou Nom + « kit » pour l’équivalent anglais). Ainsi, j’ai été agréablement surpris de voir que le Larousse, qui diffuse le terme anglais « kit » en français, propose dans la version anglais-français du même dictionnaire les termes « trousse » et « matériel » comme équivalents français. Le site traductionnel Linguee propose « trousse », « pochette », « malette » comme équivalents de « kit ». Pour sa part, le Oxford Dictionaries, à l’entrée « kit » défini comme « [a] set of tools or implements », donne l’équivalent français « trousse ». Alors même que le terme « trousse » semble bien répandu comme équivalent de « kit », le CNRTL de France propose une définition partielle du terme « kit » qu’il conserve curieusement en français : « Ensemble de pièces détachées et de fournitures diverses, vendu avec un mode d’emploi permettant de monter soi-même, et de manière économique, un objet quelconque. Kit de cuisine; vendre en kit ». À l’entrée « kit », le dictionnaire Le Robert consigne les remarques lexicographiques « mot anglais », « anglicisme », et donne l’équivalent français « boîte à outils ». Contrairement au Larousse, LeRobert précise que les termes « prêt-à-monter » et « lot » sont en France la « recommandation officielle » destinée à remplacer « kit ». Selon Le Robert, la « boîte à outils » est un « Coffret réunissant tout ce qui est nécessaire pour réaliser une activité (…) ».

Quant à lui, le GDT (Grand dictionnaire terminologique, Office québécois de la langue française) consigne le terme « trousse » comme équivalent du terme anglais « kit ». Le terme « trousse » est défini comme une « Boîte ou étui à compartiments, servant à ranger ou à regrouper divers instruments ou objets usuels correspondant à un usage spécialisé ». Dans le domaine du commerce, le GDT propose l’équivalent « prêt-à-monter » pour rendre le terme « kit » ; le « prêt-à-monter » est défini comme un « Ensemble de pièces ou d’éléments détachés vendu avec un plan de montage de l’objet que l’acheteur peut assembler lui-même ». De son côté, TERMIUM PLUS, la banque de terminologie du gouvernement fédéral canadien, propose des dossiers plus fouillés sur le terme « kit ». L’équivalent qu’il affiche est « trousse », défini comme un « Sac compartimenté où se trouvent des instruments ou des outils dont on se sert souvent. » Élargissant le spectre, TERMIUM PLUS présente un dossier « kit » associé en anglais à « media kit », « press kit », « press pack » dont les équivalents français sont « trousse d’information », « trousse des médias », « pochette de presse », « dossier de presse », « cahier de presse ». On note au départ des dossiers traités qu’aucun des équivalents français proposés par TERMIUM PLUS ne reprend l’uniterme « kit » au titre d’un équivalent correct. Ensuite, les équivalents donnés par cette banque de terminologie reprennent le trait sémantique de « trousse » et de « pochette », indiquant par là que le français dispose de suffisamment de ressources lexicales internes pour que le locuteur conserve la liberté de ne pas utiliser d’inutiles doublons comme c’est le cas dans l’exemple tiré du journal Le Nouvelliste et à l’instar de certains titres de la presse française. Le dossier « media kit »comprend une éclairante note que je reproduits en entier : « La trousse peut comprendre des communiqués de presse, des documents d’information, des feuillets de documentation, des textes d’allocution, des photos, des diagrammes techniques, des notices biographiques de porte-parole ou d’experts techniques. Trousse d’information : terme et définition normalisés par le Bureau de la traduction et le Bureau de la protection des infrastructures essentielles et de la protection civile (BPIEPC). » Par ailleursTERMIUM PLUS suggère un autre dossier « kit » associé en anglais à « information kit », dont les principaux équivalents français sont « trousse de renseignements », « trousse d’information », « trousse documentaire », « pochette de renseignements », « pochette d’information ».

On le voit une nouvelle fois, ces équivalents français ne reprennent pas le terme « kit » en entrée, mais ils consignent le trait sémantique de « trousse » et de « pochette », indiquant par-là que le français dispose de suffisamment de ressources lexicales internes pour que le locuteur conserve la liberté de ne pas utiliser d’inutiles doublons dans le vocabulaire des médias, des élections comme ailleurs dans la vie de tous les jours. Un doublon est un terme (ou une information) repris de manière redondante, c’est-à-dire qui est présent en double, sinon davantage, de manière inutile dans une phrase donnée. Un doublon s’entend donc au sens de l’emploi d’un terme d’une autre langue qui fait inutilement concurrence à un autre terme qui existe déjà dans la langue usuelle. Ex. : « kit » en lieu et place de « trousse » ou de « pochette ». Lire la suite : http://www.berrouet-oriol.com

About author

haitiinfoplus
haitiinfoplus 2784 posts

Présent dans le pays depuis près de 10 ans, cet organe de production et d’information tente de présenter une facette différente d’Haïti. Spécialisé, au départ, dans la production d’émissions, Haïti Infos Plus est disponible aujourd’hui sur la toile.

You might also like

Politique 0 Comments

La crise haïtienne change de dimension

Alors qu’une imposante manifestation s’est déroulée, vendredi 4 octobre, à Port-au-Prince, pour exiger la démission du président Jovenel Moise, la presse internationale commence à s’intéresser de plus près à la

Politique 0 Comments

L’UE finance la modernisation des postes frontaliers

Les Directeurs des douanes Fernando Fernández de la République Dominicaine et Jean Baptiste Fresnel de la République d’Haïti, ont annoncé à Santo-Domingo, lors d’une table de travail sur les questions

A la une 0 Comments

Cheikh Anta Diop, l’homme qui a rendu les pharaons à l’Afrique

Le 7 février 1986 s’éteignait l’historien sénégalais, dont on célèbrera les 100 ans de la naissance le 29 décembre 2023. Que reste-t-il de sa pensée ? Quel est son héritage

0 Comments

No Comments Yet!

You can be first to comment this post!

Leave a Reply