L’Afrique de l’Ouest exige un gouvernement d’union au Mali d’ici fin juillet

L’Afrique de l’Ouest exige un gouvernement d’union au Mali d’ici fin juillet

L’Afrique de l’Ouest a exigé samedi 7 juillet un « gouvernement d’union nationale » au Mali d’ici au 31 juillet, sous peine de sanctions, et demandé à la Cour pénale internationale (CPI) de poursuivre les criminels de guerre dans le nord du pays, dominé par les islamistes radicaux.

 

Le président burkinabè Blaise Compaoré, médiateur de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao), et cinq autres chefs d’Etat (Côte d’Ivoire, Togo, Bénin, Niger, Nigeria) se sont réunis à Ouagadougou avec des représentants des « forces vives » (partis, syndicats, religions…) du Mali, mais en l’absence du président de transition Dioncounda Traoré et du premier ministre Cheick Modibo Diarra.

Objectif du sommet : renforcer les institutions de transition, en situation « précaire », pour enfin affronter la crise dans le Nord, tombé à la faveur du coup d’Etat du 22 mars à Bamako aux mains de groupes armés, rebelles touareg et surtout islamistes alliés à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), désormais maîtres du jeu.

Un gouvernement d’union « avant le 31 juillet »

Les chefs d’Etat de la région ont donc invité les « forces vives » à faire des propositions au président malien par intérim « en vue de la formation avant le 31 juillet 2012 d’un gouvernement d’union nationale », chargé d’appliquer « une feuille de route de sortie de crise », indique le communiqué final.

Si ce délai n’est pas respecté, « la Cédéao ne reconnaîtra plus le gouvernement du Mali et le pays sera suspendu de toutes les organisations sous-régionales », a indiqué à l’AFP une source proche du sommet. Ce durcissement de ton illustre l’impatience des capitales régionales face au statu-quo à Bamako malgré une multitude de sommets et de concertations, et l’irritation de la Cédéao à l’égard du premier ministre Diarra, jugé insuffisamment coopératif.

Le sommet a appelé à « organiser le retour au Mali » du président Traoré et à « assurer sa protection », et réclamé des poursuites contre les auteurs de sa violente agression fin mai. Le chef de l’Etat malien est soigné à Paris à la suite d’une attaque dans ses bureaux par une foule de manifestants hostiles, et son absence fragilise fortement la transition prévue pour un an.

Poursuites contre les auteurs de « crimes de guerre »

M. Compaoré et ses homologues ont aussi interpellé la CPI, souhaitant des poursuites contre les auteurs de « crimes de guerre » dans le Nord. La procureure de la Cour, Fatou Bensouda, avait déclaré le 1er juillet que la destruction de lieux saints musulmans par les islamistes à Tombouctou (nord-ouest) était « un crime de guerre » passible de poursuites de la CPI.

Les chefs d’Etat réunis dans la capitale burkinabè ont condamné ces destructions et souhaité un « fonds spécial » pour restaurer ces monuments classés au patrimoine mondial en péril. Ils ont aussi lancé « un appel pressant » pour « un arrêt complet des hostilités avant le début du mois de Ramadan », soit d’ici une quinzaine de jours, alors que le médiateur a engagé des discussions avec les groupes armés.

Le Monde.fr

About author

haitiinfoplus
haitiinfoplus 2784 posts

Présent dans le pays depuis près de 10 ans, cet organe de production et d’information tente de présenter une facette différente d’Haïti. Spécialisé, au départ, dans la production d’émissions, Haïti Infos Plus est disponible aujourd’hui sur la toile.

You might also like

Actualités d’ici et d’ailleurs 0 Comments

Haïti au salon «Destination Caraïbes et Guyane»

Les 3 et 4 juin 2016, le Centre Commercial « La Galleria » en Martinique accueillera la 5ème édition du Salon « Destination Caraïbes et Guyane », à cette occasion

A la une 0 Comments

« Kenzenn Kréyòl » : entre spectacles, ateliers et conférences, focus sur la culture créole du 14 au 28 octobre

Le 28 octobre est la journée internationale de la langue et de la culture créole. Elle est célébrée depuis 1983, année de sa création,il y a maintenant 40 ans. Dans

Politique 0 Comments

La mallette nucléaire de Donald Trump, instrument de l’apocalypse

Pour utiliser l’arme nucléaire, une mallette permettant d’enclencher des frappes se trouve à la disposition de Donald Trump. L’escalade verbale entre la Corée du Nord et les États-Unis a franchi

0 Comments

No Comments Yet!

You can be first to comment this post!

Leave a Reply