Haïti : viol, le bébé chéri des décideurs politiques

Haïti : viol, le bébé chéri des décideurs politiques

Viol. Viol. Viol, on n’entend pas suffisamment parler de ce phénomène en Haïti. Autrement dit, on en parle très bas et très peu. Le viol est un crime. Il atteint toutes les couches sociales en Haïti. Du milieu de la famille au milieu du travail, le viol domine.

« Sur 3098 (Trois mille Quatre-vingt-dix-huit) cas de violences faites aux femmes recensés en Haïti pour la période allant de Juillet 2009 à Juin 2013, 29% sont des cas de violences  sexuelles », lit-on dans un document du ministère à la Condition Féminine et aux Droits des Femmes (MCFDF). Sergot Guercin, agent de l’USGPN, a fait la une des médias en juin 2016, pour avoir violé sa fille (16 ans) de manière répétée sur une durée de 3 ans. S’en suivent logiquement des cas d’avortements forcés.

Aujourd’hui, les cas des étudiantes victimes d’actes de violences sexuelles occupent l’actualité.  Manifestations. Sit-in. Dénonciations. Les décideurs politiques font silence et c’est normal. Le contraire aurait étonné les groupes sains de la société pourtant stagnés dans une passivité révoltante.

Depuis plusieurs mois, des bandits armés détournent des véhicules sur la route nationale #1. Ils en profitent pour violer des femmes et des filles. Les autorités politiques ne sont pas au courant de ces nouvelles. Aucune intervention, aucune décision n’est prise pour réhabiliter les victimes.

Inaction. Passivité. Indifférence. Crime. Corruption. Vol. Viol. C’est bien le contenu du nouveau concept d’autorité en Haïti. Bravo les élus du peuple !!! Un trophée d’excellence pour vous qui accomplissez votre tâche de diriger le pays avec rigueur et justice. Vous avez la carte blanche pour continuer à violer les lois de la République particulièrement celles traitant le droit à la liberté publique et à la libre circulation dans le pays.

Et, que dire de cette société qui se perd ? Sans repère d’intelligence, de conscience patriotique et de science, l’avenir du pays est foutu. On observe avec amertume la désagrégation de l’espace sociétal. On pleure quotidiennement l’absence de valeurs morales chez les autorités politiques. On dénonce en vain la culture du mépris de la dignité humaine au niveau des élites. N’a-t-on pas raison de croire que le peuple haïtien vote pour sa disparition prochaine… Suicide collectif ? C’est ce qu’on veut tous. On donne l’impression de travailler d’arrache pied pour arriver à cette fin. Les ennemis d’Haïti attendent avec impatience ce douloureux moment pour crier « victoire » au mépris de la mémoire de notre Empereur : Jean Jacques Dessalines, père fondateur de la patrie.

Alors, si vous n’êtes pas de ce côté de la honte, un geste historique s’impose. En guise de désespoir, place à la mobilisation pour recouvrer notre dignité de peuple libre et fier.

Hudler Joseph/HAIP  

 

About author

haitiinfoplus
haitiinfoplus 2784 posts

Présent dans le pays depuis près de 10 ans, cet organe de production et d’information tente de présenter une facette différente d’Haïti. Spécialisé, au départ, dans la production d’émissions, Haïti Infos Plus est disponible aujourd’hui sur la toile.

You might also like

A la une 0 Comments

Venezuela: Nicolas Maduro riposte contre les pressions de Washington

Les États-Unis, en annonçant  des sanctions contre la compagnie pétrolière nationale vénézuélienne, ont accentué la pression sur le régime de Nicolas Maduro qui compte de son côté engager des poursuites

Minutes infos plus 0 Comments

La BMC et le CCKD en mode mutualisé

La Bibliothèque Monique Calixte (BMC) et le Centre Culturel Katherine Dunham (CCKD) font, désormais, la route ensemble. Les deux bibliothèques partagent le même catalogue. Les lecteurs membres des deux bibliothèques

Dernière Heure 0 Comments

Etazini: anpil enfimyè ki sot Ayiti pran nan cho

Mwen aprann yon sè Johnson Napoléon pran nan cho Etazini nan yon koze fo diplòm enfimyè. M dezole pou fanmi an. Moun pa ri nan malè moun menm lè se

0 Comments

No Comments Yet!

You can be first to comment this post!

Leave a Reply