Haïti: Le riz importé mis en cause par une étude de contrôle de qualité

Haïti: Le riz importé mis en cause par une étude de contrôle de qualité

Des chercheurs de l’Université de Michigan, en collaboration avec des organisations « peyizan » en Haïti, ont réalisé des travaux de recherche qui mettent en exergue le niveau, très dangereux, de métaux lourds, dont l’arsenic et le cadmium présents dans le riz consommé en Haïti en provenance des États-Unis d’Amérique.

En guise d’introduction, les chercheurs ont fait un survol des bouleversements socio-économiques du pays et l’impact qu’ils ont sur le mode de consommation des Haïtiens et la politique agricole vis-à-vis de la consommation de riz en Haïti au fil des années.

« Les Haïtiens consomment environ 85 kg (187 lb) de riz par an par habitant en 2020, soit une augmentation de 66 kg (146 livres) par habitant par an comparé à la consommation en 2010. En comparaison, l’Américain moyen consomme 12 kg (27 lb) de riz chaque année », ont introduit les chercheurs.

Plus loin dans ce travail, les chercheurs soulignent l’impact de certaines politiques agricoles, sous l’influence de certaines agences, d’organisations non gouvernementales et du gouvernement américain, dans l’importation de riz en provenance des États Unis, appelé « diri Mayami » (riz de Miami), sur la baisse de production des autres denrées de base et la montée en puissance de la consommation de riz.

« En 1995, les tarifs sur les importations du « riz de Miami » ont baissé de 50% à 3%. Haïti est devenue l’une des 5 premières destinations des exportations du riz américain. Aujourd’hui, près de 90% de la population d’Haïti consomme du riz importé, 98,5 % de ce riz importé vient des États-Unis.

Ce travail de recherche vise d’une part à attirer l’attention sur le fait que « la consommation de riz tout au long de sa vie n’est pas sans risque, et expliquer à quel point le niveau d’arsenic et de cadmium retrouvés dans le riz consommé en Haïti peut être dangereux pour la santé des Haïtiens. »

Les échantillons de riz, 50 pour le riz importé et 48 pour le riz national, ont été collectés dans la vallée de l’Artibonite, dans des marchés et supermarchés de la place, entre autres.

« En moyenne, les concentrations d’arsenic et de cadmium étaient deux fois plus élevées dans les échantillons importés par rapport à ceux du système alimentaire communautaire. Toutefois, contrairement au niveau assez faible de cadmium, le niveau d’arsenic dans certains échantillons de riz importés a dépassé les normes scientifiques recommandées par le Codex et d’autres agences de protection de la santé humaine », a précisé ce travail de recherche.

Le risque de ces métaux lourds sur la santé, toujours selon les chercheurs, augmente avec la quantité et la fréquence de consommation. Or, depuis 2020,  les Haïtiens sont les quatrièmes consommateurs de riz au monde.

Parmi les effets indésirables de l’arsenic et/ou du cadmium sur la santé humaine, il y a le fait qu’ils sont tous deux cancérigènes; les troubles cutanés pour la consommation de l’arsenic inorganique à long terme; certaines maladies chroniques, dont des maladies cardiovasculaires.
En outre, pendant la grossesse, l’arsenic peut affecter le développement du cerveau et provoquer des effets neurotoxiques…

En guise de conclusion, les chercheurs soulèvent, à travers cette étude, de sérieuses inquiétudes quant au fait que les producteurs de riz inclus dans l’étude pourraient exporter un produit potentiellement dangereux pour la consommation en Haïti et d’autres pays dépendants du riz américain.

Dans une note responsive à cette étude qui défraie la chronique, « la Fédération USA Rice dit réaffirmer son engagement inébranlable envers les normes les plus élevées de qualité et de santé dans toutes ses exportations de riz. »

« La Fédération USA Rice est le représentant de l’industrie rizicole américaine à l’échelle mondiale, priorisant un approvisionnement sûr, nutritif et abordable en riz de haute qualité. Nos membres respectent rigoureusement des protocoles de contrôle de qualité stricts, démontrant notre volonté inébranlable à la santé et à l’excellence par le respect des normes de sécurité qui dépassent souvent les normes mondiales », a fait savoir la Fédération USA Rice.

S’agissant du niveau d’arsenic pointé du doigt dans l’étude de l’Université du Michigan, la Fédération USA Rice affirme que « le riz cultivé aux Etats-Unis contient les niveaux les plus bas d’arsenic au monde, selon l’Organisation mondiale de la santé des Nations Unies, et l’industrie étudie constamment la question pour rendre les niveaux déjà bas encore plus bas. »

Hier, pour les médicaments et le plomb dans l’eau de consommation, aujourd’hui, pour l’arsenic et le cadmium dans le riz, cette étude encore une fois met l’emphase sur la nécessité d’avoir un bon système de contrôle de qualité capable de protéger les consommateurs haïtiens contre d’éventuels effets indésirables des produits importés.

Cette étude a été réalisée par Victoria Koski-Karell, Justin Schell, Natalie Sampson, Simone Charles, Jaclyn Goodrich de l’université du Michigan et Rolinx Jean Monprevil de l’organisation communautaire pour l’agriculture haïtienne. Elle a été publiée le février 2024 dans « Journal of Agriculture, Food Systems, and Community Development ».

Source: Nouvelliste

Photo: RFI

About author

haitiinfoplus
haitiinfoplus 2784 posts

Présent dans le pays depuis près de 10 ans, cet organe de production et d’information tente de présenter une facette différente d’Haïti. Spécialisé, au départ, dans la production d’émissions, Haïti Infos Plus est disponible aujourd’hui sur la toile.

You might also like

A la une 0 Comments

Une autre révolution pour libérer les masses haïtiennes

À la veille de l’anniversaire du Congrès de l’Arcahaie allant du 14 au 18 mai 1803, je me dois de faire prévaloir, pour libérer les masses haïtiennes de toutes sortes

A la une 0 Comments

Grève en Haïti : activités au point mort, la population gifle l’arrogance du gouvernement

Le peuple haïtien a respecté largement, lundi, le mot d’ordre de grève lancé par les syndicats de transports en commun, les associations de taxi-motos, les syndicats d’enseignants et les organisations

Minutes infos plus 0 Comments

Peine de mort à la rescousse de l’Etat de droit

Depuis 1806, les dirigeants haïtiens, à quelques exceptions près, se sont toujours servis de l’Etat pour s’enrichir au lieu de contribuer à implanter un Etat fort au service de la

0 Comments

No Comments Yet!

You can be first to comment this post!

Leave a Reply