Du temps de Jean Marie Junior Salomon, Gabriel Fortuné serait déjà sous les verrous après ses dernières déclarations

Du temps de Jean Marie Junior Salomon, Gabriel Fortuné serait déjà sous les verrous après ses dernières déclarations

Lors d’une conférence de presse, le mercredi 4 octobre, le sénateur du Sud Jean Marie Junior Salomon s’en prend au maire de la ville des Cayes Jean Gabriel Fortuné pour ses dernières déclarations dans la presse. Le vice-président du grand Corps appelle le commissaire du gouvernement de la ville des Cayes à assumer sa responsabilité face aux déclarations du maire de la ville.
Le maire de la ville des Cayes Jean Gabriel Fortuné a une fois de plus défrayé la chronique avec ses déclarations de va-t-en guerre. Après avoir fait la une de la presse avec ses menaces de mort à l’endroit d’un journaliste, le premier citoyen de la ville des Cayes est de retour sur la scène avec cette phrase : « Moi je dis qu’aujourd’hui personne ne doit laisser son enfant à la maison; s’il vous faut vous armer de pierres, emmenez-le à l’école, s’il vous faut vous armer de bâton, de machette ou d’arme à feu, emmenez-le à l’école et montez la garde devant cette école pour la défendre».
Cette déclaration, interprétée comme un appel à la violence lancé par le maire des Cayes, fait sortir le sénateur du Sud Jean Marie Junior Salomon de ses gonds.
« C’est une déclaration incendiaire qui incite à la violence et à la guerre civile », lance le sénateur du Sud. Selon le vice-président du Sénat, la violence que prône Jean Gabriel Fortuné «n’est pas un bon instrument en politique». C’est plutôt la preuve «du terrorisme d’Etat», croit-il.
Ainsi, se basant sur le fait que la loi se veut une pour tous, le vice-président du grand Corps souligne à l’intention du maire de sa ville:  » Du temps de Jean Marie Salomon commissaire de gouvernement, monsieur aurait été interpellé et la justice aurait sévi contre lui ».
Jean Marie Junior Salomon appelle l’actuel commissaire du gouvernement « quoiqu’il ne soit pas en odeur de sainteté pour sa propre personne », à assumer sa responsabilité étant le maitre de l’action publique. Ce,  » même si Gabriel Fortuné aurait été son patron ».
Le maire de la ville des Cayes, Jean Gabriel Fortuné, a éclaboussé les journalistes qui, selon lui, se sont convertis en politiciens et des sénateurs qui financent les derniers mouvements de rue déclenchés par le vote et la publication du budget 2017-2018.
Source : le nouvelliste

About author

haitiinfoplus
haitiinfoplus 2761 posts

Présent dans le pays depuis près de 10 ans, cet organe de production et d’information tente de présenter une facette différente d’Haïti. Spécialisé, au départ, dans la production d’émissions, Haïti Infos Plus est disponible aujourd’hui sur la toile.

You might also like

Minutes infos plus 0 Comments

Haïti-Examens d’État : fort taux de réussite dans les résultats de la 9e année fondamentale pour 9 départements géographiques

Les résultats des examens officiels de la 9e année fondamentale, pour 9 départements géographiques d’Haïti, donnent un taux de réussite de 77.18%, indique le Ministère de l’éducation nationale et de

A la une 0 Comments

Haïti-Médias : la Commission interaméricaine des droits humains réclame « une enquête exhaustive » sur la disparition du photojournaliste, Vladjimir Legagneur

La Commission interaméricaine des droits humains (Cidh) exige « une enquête exhaustive » sur les faits présumés ayant donné lieu à la disparition en Haïti du photographe-journaliste Vladjimir Legagneur. Le bureau du

Actualités d’ici et d’ailleurs 0 Comments

Le Covid-19 souligne la vulnérabilité du personnel infirmier, colonne vertébrale des services de santé

Les infirmières et infirmiers sont en première ligne dans la lutte contre le Covid-19. Mais « une défaillance alarmante » de l’offre mondiale de vêtements de protection et de nouveaux

0 Comments

No Comments Yet!

You can be first to comment this post!

Leave a Reply