Diane Wolkstein, la conteuse newyorkaise, est décédée

Diane Wolkstein, la conteuse newyorkaise, est décédée

Diane-Wolkstein-articleLa conteuse de renommée mondiale et auteur de 23 livres, Diane Wolkstein, est décédée suite à une chirurgie cardiaque d’urgence le 31 janvier lors d’un voyage à Taiwan. Un service pour rendre hommage à sa mémoire a eu lieu le dimanche 3 février  de l’année en cours à New York au Regard Meditation Center,. Un autre service commémoratif célébrant la vie de Diane se tiendra en été ou bien à l’automne de cette année-ci

.Diane Wolkstein, auteure du recueil de contes “Magic Orange Tree and other Haitian Folktales”, conteuse, professeur, écrivain, est venue pour la première fois en Haiti en 1972 pour des vacances avec son mari et sa fille. Bien que déjà conteuse à New York, c’est en Haiti qu’elle vécut la tradition orale des contes. C’était la première fois qu’elle entendait des histoires qui ne venaient pas d’un livre. En Haiti, le conteur n’est pas distant sur une estrade mais entouré par la communauté ; les contes ne se disent pas dans un silence mais dans une atmosphère festive et participante ; le public est formé de conteurs qui à tour de rôle chantent, dansent, miment et vivent leurs histoires. Fascinée par cette tradition si particulière, elle passera 7 ans à visiter Haiti, recueillant plus de 400 histoires, se faisant accompagner d’une amie musicienne Shirley Keller afin de retranscrire les mélodies des refrains chantés par le public. Finalement, cette aventure se condensera en un livre, recueil de 27 contes accompagnés chacun d’une introduction remettant en contexte la capture et retranscription de chaque histoire. Certaines histoires sont bien connues des Haïtiens : Tezen, Tipye zoranj, d’autres sont plus uniques comme Frize (Hibou).

 

Diane Wolkstein a écrit 23 livres de contes fondant son inspiration sur des mythologies aussi diverses que les contes d’Haiti, ceux des aborigènes d’Australie ou de la civilisation sumérienne. Elle a aussi initié de nombreux festivals, faisant des performances dans des lieux divers tels que les parcs nationaux, les musées, les écoles et les théâtres. Diane Wolkstein croyait au pouvoir des histoires et à leur potentiel de transformation des vies. Elle a initié le premier programme de maitrise en conte au Bank Street College of Education et a enseigné la mythologie à l’Université de New York pendant 18 ans.

 

En 2005, le programme Art of Storytelling, initié en 2000 par la bibliothèque publique de Miami, a invité Diane Wolkstein à animer un atelier dans le cadre de ce programme qui avait pour thème cette année là « The Art of Storytelling: A Pan-Caribbean Experience ». Conçu comme un programme d’échanges entre les bibliothèques de la Caraïbe, les bibliothécaires de Miami ont visité Haiti, les Bahamas, Trinidad et Porto Rico, faisant des séminaires sur l’art de conter et le pouvoir des contes. Puis, en mai 2005, des bibliothécaires de ces différents pays ont été invités à Miami pour une série d’activités autour du conte. J’ai eu le privilège d’être sélectionnée et de rencontrer ainsi Diane Wolkstein dont je connaissais déjà le livre the Magic Orange Tree et la réputation. Frêle en apparence, elle avait une énergie surprenante sur scène et faisait participer avec enthousiasme le public, petit et grand. Nos échanges teintés de respect me firent réaliser le travail énorme accompli pour valoriser le conte, une tradition populaire peu préservée qu’elle s’évertuait à faire renaitre partout dans le monde. Mais recueillir et dire une histoire n’est pas tout, le talent de narration et d’écriture font que chaque histoire écrite reste une expérience singulière, identifiable à son auteur.

 

De son expérience en Haiti, elle a retenu principalement le plaisir du public, « l’histoire, disait-elle, appartient à une communauté et tout le public est responsable de l’histoire ». The Magic Orange Tree a fait son chemin, traduit en plusieurs langues dont l’espagnol et le coréen. Certaines histoires ont fait l’objet d’albums illustrés dont la plupart sont épuisés. Comme Harold Courlander avant elle, Diane Wolkstein a diffusé à travers le monde la mémoire d’un peuple fascinant avec des histoires universelles : faisant rire aux larmes, pleurer d’effroi et transmettant des valeurs morales. Et tout cela a commencé par une expérience individuelle, un hasard de parcours. FOKAL présente ses sympathies à la famille de Diane Wolkstein qui s’est éteinte à 70 ans.

 

About author

haitiinfoplus
haitiinfoplus 2828 posts

Présent dans le pays depuis près de 10 ans, cet organe de production et d’information tente de présenter une facette différente d’Haïti. Spécialisé, au départ, dans la production d’émissions, Haïti Infos Plus est disponible aujourd’hui sur la toile.

You might also like

A la une 0 Comments

MIREILLE MATHIEU – 75 ANS

Mireille Mathieu vient de fêter ses 75 ans et reste toujours aussi active sur et en dehors de la scène. La chanteuse a débuté sa carrière dans les années et

Culture 0 Comments

Lancement des travaux de restauration du «Palais aux 365 portes»

Dans le cadre du programme de sauvegarde des patrimoines nationaux mis en branle par son Gouvernement, le Premier Ministre, Laurent Lamothe, se rendra ce mardi à Petite-Rivière de l’Artibonite, en

Culture 0 Comments

Klass: « Lajan sere », perle retrouvée

« Lajan Sere », ce merveilleux titre (track 11) du dernier laser de Klass est comme un bijou caché ayant été sur le point d’être égaré définitivement. A en croire

0 Comments

No Comments Yet!

You can be first to comment this post!

Leave a Reply